Qu’est-ce que l’incontinence urinaire ?

« L’incontinence urinaire est le symptôme de toute fuite urinaire incontrôlée » selon l’International Continence Society.

 

Quelles sont les causes et les facteurs ?

Quels sont les types d’incontinence urinaire ?

Quels sont les solutions ou les traitements possibles ?

Comment choisir la protection urinaire adaptée ?

Paroles d’expert : Géraldine, Technicien de Santé

Pour aller plus loin

 

Elle donne lieu à des fuites involontaires d’urine, pendant la journée ou bien  la nuit. Ce n’est pas une maladie, mais bien un symptôme. Elle augmente avec l’âge et varie selon le type d’incontinence. L’incontinence urinaire est un problème fréquent qui constitue un problème de santé publique.

  • L’incontinence urinaire touche un grand nombre de personnes aujourd’hui en France, soit plus de 3 millions de personnes, tout âge confondu.

Plus en détail, il y a 2,6 millions de personnes de plus de 65 ans. Près d’un tiers des femmes de plus de 70 ans doit porter des protections pour adultes. Les hommes sont aussi concernés, à une moindre mesure, mais ils sont près de 10 % à devoir aussi en mettre, soit 7 à 8 % des hommes de 65 ans et plus de 28 % des hommes de plus de 90 ans.

  • De même, des personnes plus jeunes souffrent de fuites urinaires ou fécales, et n’osent pas spécifiquement demander à leur médecin traitant ou en parler.

L’incontinence urinaire peut engendrer des répercutions sociales, psychologiques, voire hygiéniques. Il est important de consulter un professionnel de santé afin que cette pathologie soit prise en compte et traitée dans de bonnes conditions.

 

Quelles sont les causes et les facteurs ?


Un certain nombre de causes et facteurs peuvent être à l’origine d’un trouble de l’incontinence urinaire. Les principaux sont :

  • Le vieillissement : les personnes incontinentes représentent une part importante chez les personnes âgées qui peuvent subir une diminution en fibres musculaires des sphincters et de la vessie, ou présenter des troubles cognitifs (par exemple l’Alzheimer) ou un handicap moteur.

 

  • La ménopause : elle correspond chez la femme à la période où ses ovaires ne fonctionnent plus. En France l’âge moyen de la ménopause pour les femmes est de 51 ans. Elles connaissent l’aménorrhée (arrêt des menstruations / règles) et une diminution de la sécrétion hormonale (estrogènes et progestérone). La muqueuse interne qui recouvre la vessie s’amincit, les tissus pelviens et vaginaux s’affaiblissent, constituant un risque de fuite urinaire.

 

  • La mauvaise hygiène de vie : consommation abusive de liquides, de caféine, d’alcool, de tabac…

 

  • La prise de certains médicaments, comme des relaxants musculaires, des antidépresseurs, des diurétiques… peuvent affecter le système nerveux, le tonus musculaire, le volume des urines, etc.

 

  • L’obésité : on appelle obésité un excès de masse grasse qui a des conséquences négatives pour la santé d’une personne. Elle peut être mesurée avec l’IMC : indice de masse corporelle 30 kg/m² ou plus. La prise de poids entraîne une forte pression intra abdominale sur la vessie et du diamètre sagittal abdominal.

 

  • La constipation chronique (ou permanente) : elle correspond à une difficulté à évacuer les selles. Les parois du rectum peuvent être affaiblies et peuvent endommager les nerfs contrôlant la défécation.

 

  • La toux chronique : elle a des origines multiples et est souvent due à des difficultés affectant les voies aériennes supérieures (broncho-pneumopathie, tuberculose, allergies…). La toux chronique provoque une augmentation de la pression abdominale et peut engendrer une fuite urinaire involontaire.

 

  • L’activité physique intensive : certains sports, s’ils sont mal choisis ou mal pratiqués et de manière intensive, peuvent engendrer des signes d’incontinence dus à une hypertension intra abdominale.

 

  • Un affaiblissement des muscles du plancher pelvien: les muscles du plancher pelvien (périnée), situés en bas du bassin, sont affaiblis et ne maintiennent pas en place la vessie.

 

  • Un trouble de la prostate, chez les hommes seulement, est une augmentation du volume de la prostate, qui de ce fait comprime l’appareil urinaire et peut provoquer des troubles. Deux hommes sur trois, après 50 ans, éprouvent des troubles urinaires liés à une hypertrophie bénigne de la prostate (HBP).

 

  • La descente de vessie, chez les femmes seulement, si les tissus situés entre la vessie et le vagin sont trop fragiles, ils ne peuvent soutenir le poids de la vessie. Un renforcement musculaire est à prévoir pour remettre la vessie en place.

 

  • Des problèmes neurologiques suite à une maladie (Parkinson, sclérose en plaque, AVC, lésion de la moelle épinière…).

 

  • La difficulté à marcher (réduction de la mobilité) : la personne souffrant peut être ralentit pour aller aux toilettes à temps.

 

Quels sont les types d’incontinence ?

Il existe plusieurs formes d’incontinence urinaire chez l’homme et la femme.

D’un patient à l’autre, la cause et le type d’incontinence peuvent varier, même se combiner.


L’incontinence urinaire d’effort :
il s’agit de fuites urinaires incontrôlées, peu abondantes,  pendant un rire, lors d’un effort, d’un éternuement ou d’une toux, d’une opération, de la prostate par exemple chez l’homme, d’un accouchement laborieux, d’une activité physique difficile telle que soulever des charges… Elle concerne aussi bien l’homme que la femme, mais cette dernière serait la plus touchée avec plus de 3 millions de personnes en France.


L’incontinence par impériosité
ou aussi appelée par urgenturie : il s’agit d’une perte involontaire d’urine précédée par un besoin très urgent d’aller au toilette. Chez la femme, elle est souvent appelée vessie hyperactive et indique une hyperactivité du détrusor de la vessie qui déclenche une envie ultra-pressante,  souvent accompagnée d’une fuite urinaire. Les origines sont diverses : facteurs psychologiques, irritations vésicales, consommation de médicaments (comme des alpha-bloquants ou opioïdes).


L’incontinence mixte :
il s’agit d’une combinaison des symptômes c’est-à-dire à la fois des deux formes d’incontinence, d’effort et par impériosité.


L’incontinence urinaire par regorgement (ou vessie trop pleine) :
il s’agit d’une vidange incomplète de la vessie qui est trop remplie. La personne a du mal à uriner et a des fuites constantes d’urine gouttes à gouttes. La cause peut-être due notamment en cas d’affection de la prostate. Cette cause est la plus courante chez l’homme. Si l’origine de l’incontinence n’est pas connue, il s’agit alors d’incontinence psychogène ou idiopathique.


L’énurésie
 : il s’agit de troubles urinaires chez l’enfant. Elle peut être diurne (le jour) ou nocturne (la nuit). Si l’apprentissage de la propreté, c’est-à-dire avant les 5 ans de l’enfant, n’a pas été acquis normalement, on parle alors d’énurésie qui peut être traitée. On observe deux formes : l’énurésie primaire, la plus courante, lorsque la propreté n’a jamais été acquise, ou l’énurésie secondaire si l’enfant a connu une phase de propreté d’environ 6 mois. Les origines peuvent être psychologiques, physiques ou héréditaires.

 

L’incontinence urinaire chez la femme

L’incontinence urinaire touche plus la femme que l’homme en raison des conséquences physiologiques liées à la grossesse, à l’accouchement ou à la ménopause.

En termes de chiffres, en France, il y a 1 femme sur 10 souffrant d’incontinence urinaire, soit 3 millions de femmes. Cela concerne :

  • 12 % des femmes de 20 à 29 ans ;
  • 25 % des femmes de 60 à 69 ans ;
  • 32% des femmes de plus de 80 ans.

Pour aller plus loin, nous vous conseillons de lire cette publication scientifique de Philippe Balanger traitant des prévalences et rendant hommage aux travaux du professeur Dominique Chopin (« Epidémiologie de l’incontinence urinaire chez la femme » – 2005).

Chez la femme, il peut s’agir de :

  • grossesses multiples et accouchements difficiles ou compliqués (déchirures périnéales, traumatismes, épisiotomie, césarienne…) ;
  • descente d’organes (prolapsus génital) qui correspond au glissement vers le bas, d’un ou plusieurs organes ;
  • intervention chirurgicale de l’abdomen ou du petit bassin.

 

L’incontinence urinaire chez l’homme

L’homme est moins confronté à l’incontinence urinaire que la femme. Mais cette pathologie masculine est encore souvent taboue aujourd’hui. La prévalence de l’incontinence urinaire de l’homme va de 12 à 16 % pour les plus de 18 ans, soit 1 million d’hommes en France.

Chez l’homme, il peut s’agir de :

  • séquelles d’une chirurgie de la prostate pour adénome de la prostate ou cancer de la prostate ;
  • intervention chirurgicale de l’abdomen ou du petit bassin.

 

 

 

Quels sont les solutions ou les traitements possibles ?

 Voici quelques conseils pour mieux gérer vos fuites urinaires :


Faire attention à son style de vie :

Les boissons alcoolisées, caféinées ou les sodas augmentent la production d’urine. Mais ne réduisez pas votre consommation d’eau, pour ne pas causer des infections urinaires ou d’autres risques d’incontinence. Evitez juste de trop boire après 15h.

La cigarette (toux) et le surpoids peuvent favoriser les fuites urinaires.

 

Faire des exercices du plancher pelvien : ils permettent souvent d’améliorer le contrôle de la vessie et de limiter ou prévenir des fuites urinaires. Ils augmentent la force musculaire autour de l’urètre. Les exercices de renforcement musculaire peuvent être réalisés facilement à la maison.

 

Ne portez pas des objets lourds : très mauvais pour le plancher pelvien ou pour le dos, il vaut mieux demander de l’aide à une autre personne.

 

Continuez à bouger : pour ne pas exercer de pression sur la vessie, mieux choisir des sports adaptés et doux pour rester en forme comme le yoga, le Pilate, la marche nordique…pour renforcer le tonus de votre périnée.

 

Demandez conseils auprès de votre médecin : il établira un diagnostic et fixera un emploi du temps qui vous permettra d’aller aux toilettes régulièrement.

 

Adaptez un dispositif médical : si les protections absorbantes ne conviennent pas, il est possible d’utiliser différentes poches ou dispositifs d’écoulement.

La sonde urinaire est un dispositif médical, en version homme ou en version femme, en latex ou en silicone, mis en place dans l’urètre jusqu’à la vessie afin de récupérer les urines et de les évacuer et de les collecter dans une poche urinaire.

 

 

 

 

L’étui pénien est un dispositif médical qui permet de recueillir et de collecter l’urine et de la stocker dans la poche. Il peut être auto adhésif, doux, respirant et sans latex. Il peut donc être utilisé par des personnes allergiques au latex.

 

 

 

 

Le set urinaire est une sonde et poche de recueil stériles soudées entre elles : véritable système clos. Equipée d’une valve anti-reflux, la sonde est prête à l’emploi, elle est pratique en toutes circonstances, y compris en cas de dextérité manuelle très réduite.

 

 

 

 

Utilisez des protections urinaires adaptées : il existe une large gamme de types de produits et vous pourrez choisir celui qui vous correspond le mieux selon vos besoins. Les protections, slips ou les culottes sont aujourd’hui discrets et fins. Ils peuvent s’utiliser la journée. Pour la nuit, ils sont relativement plus épais.

 

 

 

Comment choisir la protection urinaire adaptée ?

Obtenir les recommandations d’un expert

Les Techniciens de Santé conseillent tous les jours des personnes de tous âges qui sont confrontées à des fuites urinaires. Des solutions efficaces contre les problèmes d’incontinence existent, ils sont à votre écoute pour vous apporter les réponses les plus adaptées selon vos besoins. Il existe une large gamme de types de produits : les protections anatomiques, les changes complets, les slips absorbants pour homme ou les culottes pour femme sont aujourd’hui discrets et fins. Ils peuvent s’utiliser la journée. Pour la nuit, ils sont relativement plus épais.

 

Tour de taille, forme de découpe de la couche, absorption, type de couche pour adulte… autant d’éléments sur lesquels les Techniciens de Santé sont à votre écoute pour vous apporter les réponses les plus adaptées. Tous les jours, des centaines de patients sont suivis. Que vous soyez totalement actif, simplement en capacité d’aller au WC, alité sur un lit médicalisé ou en fauteuil roulant, des produits correspondent à vos besoins.

 

Au-delà du confort pour la personne atteinte de fuite urinaire, il y a un objectif de bien-être et de gestion du budget pour l’aidant et la famille. Une couche pour adulte adaptée vous permettra d’optimiser l’absorption, le nombre de changes et donc votre budget.
Une gamme complète de protections urinaires et de produits d’auto-sondage est à disposition sur le marché de l’incontinence pour adulte.

 

Gage de qualité professionnelle, les articles de la marque HEXA sont vendues en exclusivité dans les magasins Techniciens de Santé. Utilisés en établissements de santé et par les professionnels de santé, de qualité supérieure, les couches et protections vous permettront de rester actif et de réduire les contraintes liées à l’incontinence. En compléments, élaborées à base d’extraits de plantes et d’huiles essentielles, les crèmes de soins de cette même marque calmeront les irritations.

 

Tena propose  aussi des produits (couches, protections, alèses…) de qualité pour vous permettre de vivre une vie épanouie et bien remplie sans vous soucier de votre incontinence ! Retrouvez une large gamme disponible au sein du réseau Technicien de santé avec possibilité de livraison et d’achat en quantité.

Livraison à domicile ou auprès du magasin Technicien de Santé le plus proche (gratuit).

 

Tableau de sélection des protections urinaires

 

Fuites urinaires légères Type de protections
Fuites limitées à quelques gouttes
(généralement au moment de l’effort).

Protections féminines
légères

Protections masculines
légères

Fuites urinaires modérées Type de protections
Fuites correspondant à une quantité
de 1 à 3 verres environ.

Protections intégrales
moyennes

Protections
anatomiques

Fuites urinaires importantes Type de protections
La vessie se vide en continu ou brutalement.

Protections
complètes

Protections
intégrales fortes

 

Choisissez avec parcimonie votre couche pour adulte, n’hésitez pas pour demander conseil auprès d’un Technicien de Santé en magasin, proche de chez vous. Il y a près de 190 points de ventes sur toute la France, vous trouverez assurément une réponse à vos questions.

Si votre proche porte des protections urinaires et qu’il y a des fuites, c’est :

  • soit qu’elle n’a pas été changée à temps
  • soit que la protection n’est pas adaptée.

Il est donc important de bien choisir sa protection urinaire.

 

Vous pouvez aussi utiliser des alèses jetables qui protègent efficacement la literie et les fauteuils contre les fuites éventuelles. Elles sont composées de pulpe de cellulose et de polyéthylène.

Les alèses réutilisables sont composées de plusieurs épaisseurs de tissus à fort pouvoir d’absorption. Elles apportent sécurité et confort au patient. Avec ou sans rabats, et en deux dimensions, elles existent pour siège et fauteuil.

 

Paroles d’experts

 

Interview de

Géraldine (Strasbourg – 67),
Technicien de Santé, spécialisée en Incontinence.

 

 

Comment se passe votre quotidien ?

Parler d’incontinence n’est pas aisé pour tout le monde, mais je suis là pour conseiller et je suis habituée à de multiples cas ! J’essaye vraiment de dédramatiser, d’être à l’écoute. Ces personnes ne sont pas seules, il y a près de 4 millions d’incontinents en France et surtout des solutions existent. Il y a évidemment des séniors, mais aussi des plus jeunes qui ont des besoins. Ces derniers vont généralement être gênés et n’osent pas en parler. Ils prennent des protections en grande surface ou en pharmacie mais par manque de conseils, ne retrouvent pas le confort et l’efficacité souhaités.

Comment apportez-vous des solutions aux personnes incontinentes ?

Souvent, les personnes incontinentes ne savent pas vraiment quelle protection est adaptée à leur besoin. Je les aide et cela passe par une phase de questionnement et d’écoute auprès d’elles-mêmes ou de leurs aidants. Premièrement, c’est la découverte de leur quotidien pour connaître leur vie de tous les jours. Ensuite, je dois savoir s’il s’agit de fuites légères, modérées ou fortes, si la personne est dépendante ou alitée. Enfin, il est important de connaître son degré de mobilité.

Une fois que vous avez déterminé le produit le plus adapté, que se passe-t-il ?

Pour rassurer le client, je propose des échantillons afin que les personnes puissent se rendre compte de la taille et du niveau d’absorption dont elles ont besoin. Je fais en sorte que cela soit le plus simple pour elles, elles ont d’ailleurs la possibilité d’échanger les paquets non ouverts si un autre type de protection est nécessaire.
Ensuite, dans le temps, il est important de toujours rester à l’écoute car il peut y avoir des évolutions du degré d’incontinence en fonction du traitement par exemple. Je discute beaucoup avec la personne et la famille afin de faire régulièrement le point.

Y-a-t-il des produits complémentaires qui peuvent faciliter le quotidien ?

Effectivement, de nombreux produits existent pour aider et soulager la personne incontinente. C’est notamment le cas des crèmes anti-rougeurs, anti-déshydratation mais aussi des lingettes pour faciliter le nettoyage. Je propose aussi des produits complémentaires pour les aidants, en fonction des besoins.

Quels services apportez-vous en plus ?

J’ai beaucoup de choix en magasin et tous les produits sont disponibles en grand conditionnement pour faciliter les achats. Je propose aussi la livraison à domicile qui est très appréciée par de nombreuses personnes. Enfin, pour les clients qui se confient, je garantie une discrétion à chacun d’entre eux. C’est une question de respect et de confiance.

Un mot pour conclure ?

Aux personnes exerçant la même profession, je conseillerais d’être toujours disponible à l’écoute. Pour les clients ce serait de ne surtout pas hésiter à parler à un Technicien de santé, il y a des solutions tellement efficaces !

 

 

Pour aller plus loin


Associations et organismes

Association d’Aide aux Personnes Incontinentes

www.aapi.asso.fr

Association française d’urologie avec de la Semaine de continence en mars

http://urofrance.org

 

Livres et presses spécialisées

Les incontinences urinaires de l’homme : Diagnostics et traitements

2011 – Reinier-Jacques Opsomer et Jean de Leval

Chirurgie de l’incontinence urinaire et du prolapsus

2014 – Michel Cosson et François Haab

L’incontinence urinaire de l’enfance au 3e âge

1995 –  Van-Nhan Nguyen

L’incontinence urinaire de la femme

2005 – Richard Villet et Delphine Salet-Lizée

 

Pour les petits

Max fait pipi au lit

2004 – Dominique de Saint Mars et Serge Bloch