Nos conseils bien-être émotionnel pour un confinement sain

 

Suite à cette annonce du 13 avril par le président Emmanuel Macron, Technicien de santé vous transmets quelques conseils pour vous faciliter le quotidien de cet isolement social.
Cette situation génère des émotions et des sentiments, pour lesquels vous aurez besoin d’outils.

 

Conseils généraux

 

Voici quelques conseils pour prendre soin et protéger votre santé et votre bien-être émotionnel pendant cette situation.

Créez votre propre routine quotidienne, avec différents types d’activités et essayez de suivre un horaire régulier.

Créer une routine pour passer la journée et respecter un horaire régulier sont deux choses qui vous aident à rester fort sur le plan émotionnel et à maîtriser vos nerfs.

Essayez de trouver un équilibre entre différents types d’activités, notamment :

– Auto-soins (hygiène personnelle, alimentation, repos),

– Responsabilités (télétravail, entretien de la maison ou autres)

 – Exercices physiques

 – Loisirs

Vous pouvez dresser une liste d’activités et planifier un peu pour les jours à venir. Il est conseillé de trouver un équilibre entre la routine et le fait de rendre chaque jour un peu différent. Ne passez pas trop de temps à des activités que vous considérez comme inutiles ou comme une « perte de temps », ce qui vous aidera à vous sentir mieux à la fin de la journée. Vous pouvez profiter de ce temps pour rattraper les tâches que vous deviez faire à la maison.

Il est très important d’être physiquement actif. L’exercice physique a un effet positif sur le bien-être émotionnel, aide à réduire l’anxiété et améliore la qualité du sommeil. Essayez de faire un peu d’exercice physique tous les jours, en fonction de votre mobilité et de votre situation personnelle. Par exemple, se promener dans la maison, danser, faire des exercices sur des planches d’exercice, monter des escaliers, suivre des cours de yoga sur Youtube, etc.

N’oubliez pas de laisser suffisamment d’espace pour les activités de loisirs que vous aimez le plus ou qui vous font du bien. Gardez à l’esprit que les propositions sont nombreuses dans les médias habituels, le web et les réseaux sociaux. N’oubliez pas que l’humour est un antidote très utile pour réduire l’anxiété.

Si vous vivez avec d’autres personnes, essayez de combiner le temps en leur compagnie avec vos moments d’intimité. Lorsqu’on passe plus de temps ensemble, il est important de se mettre d’accord sur quelques règles de base de la vie en commun (horaires, espaces, responsabilités, etc.) et de pouvoir ainsi éviter certaines discussions.

 

Suivre l’actualité de la pandémie

 

Restez informé mais limitez votre exposition aux informations et sélectionnez bien les sources.

Il est important de se tenir informé de la situation pandémique et des recommandations des autorités, mais une exposition excessive à l’information peut entraîner une détresse et un malaise. Sachez également que de nombreuses rumeurs et informations erronées peuvent circuler, en particulier sur les réseaux sociaux, et que celles-ci ont tendance à générer davantage d’anxiété et d’insécurité. N’oubliez pas non plus que les enfants sont particulièrement sensibles à ce qu’ils entendent ou voient à la télévision ou à la radio.

Voici quelques pistes :

– limitez le temps que vous passez à examiner les informations sur le coronavirus, surtout si cela vous fait sentir mal. Essayez de choisir des moments précis pour accéder à ces informations (par exemple, deux fois par jour) et d’éviter de faire des rapports en dehors de ces moments.

– passez du temps à rechercher et à écouter des histoires positives et des récits de guérison concernant le coronavirus.

– choisissez toujours des sources d’information fiables, telles que les sites web des institutions publiques ou des médias fiables. Vérifiez et comparez ce que vous recevez de sources non officielles.

– limiter l’utilisation des réseaux sociaux. Vérifiez les comptes ou les groupes que vous suivez ou auxquels vous participez (par exemple sur Twitter, Facebook, Instagram, WhatsApp, etc.)

– évitez de diffuser des informations douteuses ou provenant de sources peu fiables. Cela vous aidera à éviter de « propager » l’anxiété ou la panique aux autres.

 

Restez en contact ou en relation avec les autres

 

Le soutien social est une aide essentielle pour faire face à cette situation, car l’isolement prolongé est souvent un grand ennemi de la santé émotionnelle.

Surtout si vous vivez seul, essayez de maintenir un contact régulier avec les autres par téléphone, SMS ou vidéo. Il est particulièrement important de parler aux personnes en qui vous avez le plus confiance et de pouvoir partager vos sentiments et vos préoccupations avec elles.

Rester « connecté » avec d’autres contacts réguliers, moins fiables, par exemple par des messages, des groupes WhatsApp, etc, est aussi une activité fiable. Il est très important de sentir que vous faites toujours partie de votre communauté et que vous n’êtes pas seul dans ce domaine.

 

Gardez une attitude positive et prenez le temps de vous détendre chaque jour

 

Réservez quelques moments de la journée à la pensée positive et essayez de vous détendre. La fatigue et la tension accumulées augmentent la détresse émotionnelle et rendent plus difficile la bonne prise de décision concernant votre bien-être.

Essayez de vous rappeler souvent que cette situation va passer, que de nombreux professionnels travaillent pour la résoudre le plus rapidement possible et que la période d’isolement a un sens pour le bien commun. Rappelez-vous que vous pouvez être beaucoup plus fort que vous ne le pensez.

Si vous connaissez des techniques de relaxation (respiration, relaxation musculaire, etc.), essayez de les pratiquer régulièrement. Sinon, vous pouvez essayer d’autres moyens sains de vous détendre (par exemple, en écoutant de la musique, en dansant, en faisant de l’exercice…). Vous pouvez également essayer ce type d’audios (séance proposé par la sophrologue Isabelle Demauras) :

 

Mangez sainement, essayez d’éviter l’alcool ou les drogues, suivez les recommandations en matière d’hygiène du sommeil.

 

Pour prendre soin de votre santé émotionnelle, il est essentiel que vous preniez également soin de votre corps.

Essayez de suivre un régime alimentaire sain et équilibré, tant en termes de type que de quantité de nourriture que vous consommez. N’oubliez pas de bien vous hydrater en buvant suffisamment d’eau pendant la journée.

Essayez de vous reposer et de dormir suffisamment. Si vous remarquez que vous avez des troubles du sommeil, essayez de suivre une routine d’hygiène du sommeil.

Il est important que vous essayiez de suivre un horaire régulier pour manger et dormir.

Il est conseillé d’éviter ou de réduire autant que possible la consommation de tabac, d’alcool ou d’autres drogues, surtout si vous les consommez pour essayer de vous sentir mieux face à des émotions difficiles. N’oubliez pas que, même s’ils semblent parfois vous aider, l’alcool et les drogues finissent souvent par aggraver votre humeur, votre capacité à penser clairement ou à garder le contrôle de votre comportement.

 

 

Que faire si vous ne vous sentez pas bien ?

 

Certains jours sont susceptibles de s’allonger ou de devenir plus difficiles à vivre. L’humeur dans ces circonstances peut connaître des hauts et des bas importants et vous pouvez avoir des doutes sur votre capacité à faire face à la situation en présentant des symptômes d’anxiété, de tristesse, d’insomnie, de détresse, etc.

Dans cette situation, voici quelques conseils :

Pensez que c’est peut-être une mauvaise journée et que, petit à petit, vous vous sentirez à nouveau mieux. Essayez de penser à d’autres moments difficiles que vous avez déjà surmonté et mettez en pratique autant que possible les techniques qui vous ont aidé à le faire. Il peut être utile de parler à un membre de la famille ou à un ami.

Concentrez-vous sur le jour présent et essayez de ne pas y penser. Que ferez-vous aujourd’hui, que mangerez-vous, qui appellerez-vous, etc. Essayez de ne pas trop réfléchir. Il y a beaucoup de choses qui ne dépendent pas de nous et de nombreuses personnes travaillent pour résoudre cette situation le plus rapidement possible. Laissez pour plus tard les préoccupations concernant l’avenir, s’inquiéter maintenant ne vous aidera sûrement pas à les résoudre.

Essayez de vous distraire et de vous occuper dans des activités agréables qui ne génèrent pas de nervosité. Le but étant de « piéger » votre mental en l’occupant avec d’autres activités.

Si vous constatez que votre état ne s’est pas amélioré, ou si vous considérez que vos symptômes d’anxiété, de détresse, de tristesse, d’insomnie ou d’autres symptômes sont trop intenses et que vous ne pouvez pas les gérer seul ou avec l’aide de votre entourage, il est important que vous consultiez votre médecin généraliste ou le 09.70.28.30.00, numéro de téléphone mis en place par la Croix Rouge concernant le soutien psychologique (appels anonymes et confidentiels).
Si vous avez des pensées suicidaires, vous devez consulter dès que possible.

 

Conseils pour la prise en charge émotionnelle des enfants

 

La façon dont les enfants réagissent à des situations stressantes dépend de leur âge, de leurs expériences antérieures et de leur façon d’être. Si leurs soignants sont calmes, ils ont plus de chances de l’être.

Il est conseillé de suivre certaines recommandations :

– Essayez de rapprocher les enfants de leurs éducateurs habituels ou au moins d’avoir un contact régulier avec eux (par exemple, par téléphone).

– Leur fournir des informations, dissiper les doutes

Sans attendre qu’ils le demandent, donnez-leur des informations honnêtes et adaptées à leur âge. Sans mentir, transmettre la confiance que tout ira bientôt mieux.

Interrogez-les sur leurs préoccupations et leurs doutes. Leur montrer qu’ils peuvent en parler et que nous sommes prêts à les écouter et à les soutenir.

Si vous n’avez pas toutes les réponses, soyez honnête ou sincère et proposez de les chercher ensemble.

– Leur offrir des routines, des horaires et des activités

Essayez de maintenir des routines et des horaires stables, autant que possible similaires à ceux de l’avant confinement. Essayez de combiner les activités scolaires, le jeu en solitaire, l’activité physique et aussi un peu de temps pour l’ennui.

– Soyez attentif à votre santé émotionnelle

Il est fréquent que les enfants aient besoin de plus de soutien et d’attention de la part de leurs éducateurs à ce moment, essayez de les leur fournir.

Essayez de limiter leur exposition à des informations alarmantes et surveillez les conversations entre adultes.

Exprimer des émotions telles que la peur ou la tristesse de manière sûre et positive, par exemple par le jeu ou le dessin, peut également aider.

-Si vous trouvez qu’ils sont très inquiets, très anxieux, irritables, tristes ou ont un autre problème de comportement qui n’est pas temporaire, que vous ne savez pas comment y faire face ou que vous êtes inquiet pour toute autre raison, demandez de l’aide à votre médecin généraliste.